L’affaire Cornilh (1169) – les mots et les choses

· Uncategorized
Autori

L’Affaire Cornilh (1169) en quelques mots


Bernatz de Cornilh fait une cour assidue et énervante à Madame Ayma, qui lui promet (pour s’en débarrasser) de le prendre pour amant de cœur à condition qui’il lui corne le cor (lat. class. inflāre cornū), en d’autres termes, qu’il lui souffle   dans le trou du cul . Horrifié par cette folle demande, Bernatz refuse tout net. Raimon de Durfort e Truc Malecx s’en scandalisent et prennent parti pour Madame Ayma (selon eux fort appétissante).
Arnaut Daniel, lui, s’oppose à eux en justifiant (vue l’infernal laideur du corn/cul) le refus de Bernatz auquel il recommande de se munir d’un gros dousil/d’une grosse cannelle / d’un gros membre viril (dozilh = métaphore obscène pour occ. vit) afin de boucher le trou de devant (occ. con = lat. cunnus) de la dame, pour éviter d’être compissé pendant le léchage du derrière (lat. cūlus, sc. pendant l’exécution du cūlīlīnctus): pueis poira cornar ses perilh (alors il pourra corner sans péril).

Anthologie minimale
Voici une vida, quatre coblas et une tornada qui contiennent l’essence de la tenso tripartite:


Vida de Raimon de Durfort e Turc (/Truc) Malec
Raimons de Durfort e•N Turc Malec si foron dui cavallier de Caersi que feiren los sirventes de la domna que ac nom ma domna N’Ai[m]a, aquella que dis al cavallier de Cornil qu’ella non l’amaria si el no la cornava el cul (I 186)
Raymond de Durfort et Turc Malec furent deux chevalier de Quercy, qui firent ( = trouvèrent, composèrent) les sirventès au sujet de la dame qui s’appelait Madame Ayma, celle qui dit au chevalier de Cornil qu’elle ne l’aimerait pas, s’il ne lui cornait au cul.


Raimon de Durfort PC 397.1 Truc Malec a vos me tenh (A 212)


II Qu’ieu no•i conosc mot vilan cui que s’o teigna en van si en Bernatz tot en auran venia•l ser o l’endemand assaillir madompna N’Aiman : ela il mostres la cuoissa ab man dizen s’aisi•m cornatz de plan eu vos farai mon drut certan.
Car je n’y vois aucun vilain mot / – quelque vanité qu’on y puisse trouver – /si Bernard, tout comme un fou, / venait le soir ou lendemain assaillir Dame Enan : / elle lui montra la cuisse avec la main / en disant : si vous me cornez ici en plain, / je ferai de vous mon parfait amant.
Truc Malec PC 447.1 (cobla A 212)
En Raimon be•us tenc a grat car aiss•us vei acordat de gent captener en Bernat cella que non respos en fat al malastruc Caersinat que•l mostret son corn en privat : sel lo soanet per foudat et eu i volgra aver cornat alegramen ses cor irat.
Sire Raymond, je vous sais gré / de ce que je vous vois ainsi d’accord (avec moi) / pour prendre gentiment, à l’encontre de Bernard, la défense de celle qui ne répondit pas sottement / à ce malheureux Quercinois / quand elle lui montra son cor en privé : / (mais) lui le dédaigna par folie, / (alors que) moi j’aurais bien voulu y avoir corné, / allégrement sans cœur chagrin.
Arnaut Daniel PC 29.15 Pois Raimons e.N Trucs Malecs (A 205)
V Ben es estorz de perilh que retraich fora a son filh e a totz aicels de Cornilh: miells li fora fos en issilh que•l la cornes en l’e[n]fonilh entre l’esquina e•l penchenilh [lai on se sangna de rovilh] ja non saubra tant de gandilh no•ill compisses lo groing e•l cilh.
[A de gran perilh (+ 1) ; graphie de A : perill – fill etc.; lai on se sangna de rovilh, manque A, ms. de base C]
Il a certes échappé à un grand péril, / qui eût été reproché à son fils / et à tous ceux de Cornilh / il lui eût mieux valu d’être en exil, / plutôt que de la corner dans l’entonnoir, / entre l’échine e le pénil, / là où elle saigne de la rouille; il ne saurait jamais tant se mettre à l’abri / qu’elle ne lui compissât le museau e le[s] sourcil[s].
tornada [codice CR emendato]

46 Bernatz de Cornes no s’estrilh 47 al corn cornar ses gran dozilh 48 ab que trauc la pena e•l penilh 49 pueis poira cornar ses perilh.

Que Bernard de Cornilh ne se tracasse pas / à corner le cor sans une grande cannelle / avec laquelle il perfore[ra] la fourrure et le pénil, / alors il pourra corner sans péril.

tornada [codice H emendato]

46 Dompna ges Bernartz non s’atilh 47 del corn cornar ses gran dosilh 48 ab que·l seire trauc e·l penilh 49 pois poiria cornar ses perilh.

Dame que ne se fatigue pas / à corner le cor sans une grande cannelle / avec laquelle il perfore[ra] la le derrière et le pénil, / alors il pourra corner sans péril.


Raimon de Durfort PC 397.1a Ben es malastrucs e dolens (A 212)
seconda cobla

Non es bona dompna el mon si•m mostrava lo corn e•l con tot altretal cum il se son e pois m’apellava : [En] Raimon cornatz m’aissi sobre•l redon – q’ieu no•i basses la cara e•l front cum si volgues beure en fon: drutz q’a sa domna aissi respon ben taing que de son cor l’aon.
Il n’est pas de noble dame au monde, / si elle me montrait son cor et son con, / tout ainsi comme il sont, / et si après elle me disait : Sire Raymond, / cornez-moi ici sur/dans le derrière – / que je n’y penchasse mon visage et mon front, comme si je voulais boire à une fontaine : un amant qui répond ainsi à sa dame, il est bien juste qu’elle lui accorde les faveurs de son cœur.

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: